La plupart des gens connaissent bien le shoji, mais beaucoup moins savent que le fusuma a aussi eu  une place de choix  dans la maison japonaise traditionnelle.

La différence entre les  deux est très marquée, le premier est semi opaque et laisse passer la lumière tandis que le second est « plein », généralement en bois.

La cloison japonaise contemporaine

Aussi appelée panneaux japonais, elle est suspendue à un rail fixé au plafond et coulisse pour séparer des espaces de vie à la demande. En cela elle reprend la fonctionnalité première du fusuma.  Ce dernier servait aussi à fermer les placards avec l’avantage de ne pas avoir de transparence. A raison on imagine l’intérieur de la maison japonaise parfaitement rangée mais pour cela il fallait pouvoir stocker dans la journée les couchages sur lesquels la famille avait passé la nuit. 

Les panneaux japonais modernes, lorsqu’ils sont garnis de tissus opaques ou occultant remplissent très bien ce rôle.  Dans nos habitations où les m² sont comptés, il est par exemple très pratique de pouvoir créer un espace de couchage à la demande dans un grand séjour en garantissant une intimité visuelle le soir venu.

Nous devons ce concept de modularité des espaces aux Japonais des siècles passés,   cette technique de cloisonnage à la demande  a d’abord été reprise par des architectes américains. Le Corbusier a   lui-même repris l’idée un peu plus tard, à la fin des 1920, précisément dans ses  « maisons doubles » dans le cadre de l’exposition architectural du Weissenhof.  C’est la première fois que Le Corbusier réalisait une maison modulable avec cloisons coulissantes et espaces de rangement.

Fusuma traditionnel richement décoré

Les impressions sur cloisons japonaises modernes

Nous avons parlé de l’aspect fonctionnel du fusuma utilisé comme cloison de partition ou comme porte mais c’est aussi un support décoratif  depuis son origine.  L’art consistant à décorer les fusuma est appelé Yamato-e (image japonaise).  Le plus souvent  on retrouve les thèmes des saisons.  Au  20ème siècle les japonais puis les occidentaux  reprirent cet art ancestral.

Même si l’anatomie  de nos retables baroques ou gothiques reste différente de celle du fusuma,  il existe des points communs entre les deux concepts. L’histoire qu’il raconte en image étant répartie sur plusieurs panneaux.

Cloison japonaise

Plus récemment encore, les cloisons japonaises modernes ont repris ce concept de décoration pour l’appliquer à leurs panneaux.  Les techniques d’impression artisanales et surtout industrielles sur tissus ont rendu ces process  très abordables.

L’offre sur internet est importante, certaines sociétés proposent de personnaliser  les panneaux grâce à l’impression numérique textile.