Au moins 31 personnes ont été tuées dans une série d’attaques terroristes à Bruxelles. L’Europe est encore une fois frappée par le terrorisme de masse. L'alerte anti-terroriste a aussitôt été relevée à son niveau maximal dans le pays.

La capitale belge a été la cible d’un double attentat. Une attaque a eu lieu aux alentours de 8h à l’aéroport de Bruxelles Zaventem. Une double explosion provoquée par un kamikaze a eu lieu dans le hall d’entrée : l’une près de l’accueil de la compagnie Brussels Airlines, et une autre près du comptoir d’enregistrement d’American Airlines. Une heure plus tard, une autre explosion a retenti à la station de métro Maelbeek en plein cœur du quartier européenne. Ces attaques interviennent quelques jours après l’arrestation de Salah Abdeslam, l’un des responsables présumés des attentats du 13 novembre à Paris.

 La présence policière a été renforcée « au niveau des aéroports, des gares et des transports en commun, avec une vigilance accrue des forces de police sur le territoire de l’agglomération. Entre autres. Le dispositif de prévention et de sécurisation est en cours de déploiement sur chacun des huit terminaux de l’aéroport et dans les deux gares, avec contrôles des trains en provenance de Bruxelles.

Dans ce contexte,  les opérateurs aériens en France se mobilisent et des réunions de sécurité s'enchaînent. En fait, Les caméras, les patrouilles de militaires en treillis rassurent peut-être le public ou permettent de remonter aux auteurs d'attentats une fois que l'acte a été commis, mais ils n’offrent pas la sécurité active indispensable en ces temps de crise terroriste majeure. Il convient alors d’ajuster le niveau de sécurité sans trop nuire à la fluidité des transferts de passagers dans nos grands aéroports. A noter que les médias ont indiqué l’absence des portiques de sécurité à l’aéroport de Bruxelles Zaventem.